Centrale Androïde

Google écope d'une amende de 162 millions de dollars en Inde pour pratiques anticoncurrentielles sur Android

protection click fraud

Que souhaitez-vous savoir

  • Google a été reconnu coupable d'avoir enfreint les lois sur la concurrence en Inde, selon l'autorité de régulation du pays.
  • Il a été condamné à une amende de 162 millions de dollars par la Commission indienne de la concurrence (CCI).
  • Le géant de la recherche dispose de 30 jours pour donner suite à la commande, et Google aurait répondu.

Google s'est retrouvé sous surveillance au cours des dernières semaines. Au début de cette semaine, il a été poursuivi par le procureur général du Texas pour avoir prétendument violer la loi sur la protection de la vie privée du pays sur la collecte de données biométriques à côté des enregistrements vocaux également. Désormais, la société a été condamnée à une amende en Inde, qui se trouve être l'un des plus grands marchés asiatiques pour Google, pour ses pratiques anticoncurrentielles sur Android.

Le régulateur indien de la concurrence, la Commission indienne de la concurrence (CCI), aurait infligé une amende à la recherche géant Rs 1337,76 Crore (~ 162 millions de dollars) pour pratiques anticoncurrentielles concernant les appareils mobiles Android (via

Reuter). La sanction alléguée est "pour avoir abusé de sa position dominante sur plusieurs marchés de l'écosystème d'appareils mobiles Android".

CCI aurait examiné diverses pratiques de Google sur Android, y compris ses applications natives comme Google Play Store, Recherche Google, Google Chrome et YouTube. Il comprenait en outre des marchés pertinents tels que les systèmes d'exploitation sous licence pour les smartphones dans le pays, le marché des magasins d'applications pour Appareils Android, des services de recherche Web généraux, des navigateurs Web mobiles non spécifiques à un système d'exploitation et une plate-forme d'hébergement de vidéos en ligne (OVHP) en Inde.

L'analyse de CCI a révélé que Google est motivé par l'objectif principal d'augmenter le nombre d'utilisateurs sur ses plates-formes afin qu'ils s'engagent avec son service générateur de revenus, la recherche en ligne, par exemple. Cela se traduit en outre par "un refus d'accès au marché pour les applications de recherche concurrentes en violation de l'article 4 (2) (c) de la loi".

De même, il a été constaté que Google tirait parti de son autorité sur le marché des magasins d'applications pour les appareils Android "pour protéger sa position dans la recherche générale en ligne en violation de l'article 4 (2) (e) de la loi".

D'autres violations des activités susmentionnées incluent Google protégeant sa "position dans le domaine non spécifique au système d'exploitation marché des navigateurs Web via l'application Google Chrome." Il en va de même pour YouTube en ce qui concerne les OVHP marché.

Le géant de la recherche a en outre été reconnu coupable d'avoir enfreint les dispositions de l'article 4(2)(b)(ii) de la loi. Cela inclut la domination de Google pour obliger les fabricants OEM à préinstaller ses applications propriétaires comme Google Play Store, par exemple, qui a obligé les fabricants à réduire la possibilité d'opter pour un mode de fonctionnement alternatif système. Il est considéré comme fixant des limites au "développement scientifique au préjudice des consommateurs", violant la loi.

Tout en imposant ladite pénalité, CCI a également établi plusieurs mesures, notamment en permettant aux équipementiers de choisir entre l'installation d'applications propriétaires de Google sur leurs appareils plutôt que de les forcer à préinstaller applications. Il comprend également les licences Play Store et Google Play Services. La liste complète des mesures peut être consultée sur le site Web de la Commission de la concurrence de l'Inde. site Internet.

La sanction imposée serait en outre provisoire "pour violation de l'article 4 de la loi". Google bénéficie désormais d'un délai de 30 jours de la part de CCI pour "fournir les détails financiers requis et les pièces justificatives documents."

En réponse, le porte-parole de Google aurait publié une déclaration pour TechCrunch, qui suggère que la récente ordonnance du régulateur "ouvre de sérieux risques de sécurité pour les Indiens qui font confiance aux fonctionnalités de sécurité d'Android" et augmente le "coût des appareils mobiles pour les Indiens".

Ce n'est pas la première fois que Google est condamné à une amende pour avoir profité de sa domination. L'Union européenne, en 2018, a imposé une amende de 4,34 milliards d'euros pour sa domination sur les appareils Android. Plus tard, Google a tenté de faire appel de l'amende, que l'UE avait frappé en septembre 2022.

instagram story viewer